Les marathons du court-métrage

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Clermont-Ferrand 2012

Il capo, Yuri Ancarani, Italie, 2010Le Festival de Clermont-Ferrand tient ses promesses...

..malgré une réduction drastique de son budget ! Il est à l'image de l'ensemble de la sphère culturelle française : on veut bien en reconnaître chaque jour un peu plus la valeur... tout en la brimant chaque jour un peu plus ! Qui a dit que le Français était paradoxal ?

La sélection, une fois de plus, était riche et variée : Il y en a pour tout le monde dans ce festival qui réussit chaque année le pari de réunir curieux, amateurs et professionnels autour d'un objet commun.
Malheureusement, à cause d'un calendrier défavorable, peu de séances cette année pour Les marathons du court-métrage ! Seulement 101 films au compteur, ce qui laisse augurer des séances de rattrapage obligatoires durant les mois à venir !

Nous n'avons pas cité les films que nous n'avons pas vus - ce dont nous sommes les premiers désolés - et nous nous sommes aussi refusés à citer tous ceux que nous avons jugés simplement "normaux" (mmmmmh...) ou mauvais... ou ratés car ily a suffisamment de difficultés à produire des films, sans qu'en plus on se voie cracher à la figure publiquement !

Puisque, tout de même, tout ceci est bien subjectif et n'engage personne qui ne voudrait pas y croire,  je me permets d'emblée une exception : Un certain film nommé La France qui se lève tôt s'est vu remettre le prix du public dans la sélection française. Passons sur le scénario, tiré de Bien-Pensant Hebdo et les vers, tout droit sortis d'une vieille charogne de feu le caniche royal à sa mémère... quand on prétend réaliser une comédie musicale, on prend au moins le temps de faire de la Musique et de faire travailler les acteurs/chanteurs. Sinon... et bien on se retrouve avec ça les gars ! Il faudra bien que la production tout-public française - c'est pareil dans le milieu du disque - se rende compte un jour qu'elle se fait systématiquement damer le pion par la soupe anglo-saxonne pour une raison éminemment simple : cette dernière se donne les moyens d'être bien faite, quel qu'en soit l'intérêt "a priori", sans faire de concessions stupides sur les bases... parce que défendre une mauvaise recette coûte aussi de l'argent.

Bref ! C'est bon pour aujourd'hui ; cela ne doit pas laisser croire aux absents qu'ils auront tort de prêter attention à tout ce qui leur tombe sous les yeux (et les oreilles, hein...) car pour se faire l'avis le plus sûr, il faut saisir la moindre occasion de tout voir et entendre... et accepter la relativité des choses.

D'ailleurs, j'y retourne ! Je ne sais pas si on vous a dit, mais il y a un truc qui s'appelle 100 jours, 100 nuits et qui permet de préparer les élections mieux qu'avec TF1 !

Merci Sauve qui peut le court-métrage et à l'année prochaine pour encore voir et revoir des films formidables tirés de derrière les fagots.

Jérôme Charreton

+3

La fille de l'homme, Manuel Shapira, France, 2010
The centrifuge brain project, Til Novak, Allemagne, 2011
Choros, Michael Langan, Terah Maher, États-Unis, 2011
Il capo, Yuri Ancarani, Italie, 2010
Le marin masqué, Sophie Letourneur, France, 2011
Haïku, Collectif Buffalo, France, 2009

+2

Pixels, Patrick Jean, France, 2010
Bermuda Dari A, BW Purba Negara, Indonésie, 2011
Keha Mälu, Ülo Pikkov, Estonie, 2011
Bobby yeah, Robert Morgan, Royaume-Uni, 2011
City of silence, Robert Ly, France, 2011
La sole, entre l'eau et le sable, Angèle Chiodo, France, 2011
Ce qu'il restera de nous, Vincent Macaigne, France, 2011
Rabbit, Run Wrake, Royaume-Uni, 2005

+1

I morti di Alos, Daniele Atzeni, Italie, 2011
Manila running, Anuj Gulati, Singapour, Philippines, 2011
Salt of the earth, Roni Beeri, Israel, 2011
O céu no andar de baixo, Leonardo Cata Preta, Brésil, 2010
Prtljag, Danis Tanovic, Bosnie-Herzégovine, 2011
Susya, Dani Rosenberg, Yoav Gross, Israël, Palestine, 2011
Ausreichend, Isabel Prahi, Allemagne, 2011
God view, Billy Lumby, Royaume-Uni, 2011
Condenados, Guillermo Garcia Carsi, Espagne, 2011
We'll become oil, Mihai Grecu, Roumanie, 2011
Belly, Julia Pott, Royaume-Uni, 2011
Wind over lake, Jeorge Elkin, Royaume-Uni, 2010
The pub, Joseph Pierce, Royaume-Uni, 2012
Sunday, Duane Hopkins, Royaume-Uni, 2011
Hope, Pedro Pires, Canada, Québec, 2011
Le songe de Polyphile, Camille Henrot, France, 2011
Mon amoureux, Daniel Metge, France, 2011
La tête froide, Nicolas Mesdom, France, 2011
Double mixte, Vincent Mariette, France, 2011
Kuhina, Joni Männistö, Finlande, 2011
Erään hyönteisen tuho, Hannes Vartiainen, Pekka Veikkolainen, Finlande, 2010